Mon voyage à Heidelberg

GRS Heidelberg

Project Description

2006, 810 ème anniversaire d’Heidelberg. J’aurai bien voulu faire un voyage en péniche, et surprendre les fantômes qui me guettent du haut de cette tour.
L’hospitalité ici n’est pas un vain mot, déjà,cette table me fait saliver! Ce repas convivial témoigne de la chaleur de l’accueil et si je ne comprends pas l’allemand tant pis ! J’adore les feux d’artifice, celui là est somptueux, et je suis éblouie…. Je me suis perdu dans le dédale des rues, émerveillée par le style baroque. L’auberge <<Zum Ritter>> St huguenot Charles Belier. L’église du Saint Esprit célèbre par la bibliothèque palatine offerte au Pape je crois vers 1622. Une immense barrique, bière ou vin blanc? Les deux cyclopes blancs, en bermudas rayés, coiffés d’un casque à pointe, qui montent la garde à la porte d’Heidelberg ont bien compris que j’ai trop bu pour la franchir toute seule. Alors comme l’ogre aux bottes de 7 lieues j’irai dormir, repue dans les ruines majestueuses du château Otto Heinrich dont il ne reste que la facade. En trois pas, j’ai franchi le pont romain Heiligenberg et je me suis assise près de la tour de gué romaine . Balade dans la vieille ville. Le marché aux fleurs colore les pavés gris de la place au pied de la Mairie. Mais voici la voiture de police, chacun de se dissimule comme il peut, se cache dans la forêt toute proche du mont Gaisberg ou dans les recoins secrets des grandes brasseries . L’on pourrait se croire en Alsace à marcher dans les rues pavées entre ces hautes maisons qui exibent leur exosquelette de poutres brunes. Nous flânons le long de la rivière, suivant la voie tracée, par l’homme machine, vers l’université et le musé de la technologie.